Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel

8 octobre 2018

Synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel
Le père Vincent Breynaert, nouveau directeur du du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations, au sein de la Conférence des évêques de France, évoque le synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel qui se tiendra du 3 au 28 octobre 2018 à Rome.
"Quand un jeune peut dire 'oui' à l'Amour de Jésus qui l'a accueilli, ça change sa vie !"

 

 

Les clefs de l’Église – Synode des évêques sur les jeunes, avec le père Vincent Breynaert from tv.catholique.fr on Vimeo.

 

Message du pape aux Jeunes : " « Un jeune a quelque chose d’un prophète ! »

A l’occasion de la sortie du livre « Dieu est jeune » (Robert Laffont, 2018), retrouvez quelques extraits du livre-entretien du pape François :

Après le Jubilé de la Miséricorde en 2016, le Pape François dédie l’année 2018 à la jeunesse. Pour la première fois dans un livre qu’il signe lui-même, le Pape François s’adresse aux jeunes du monde entier, qu’ils soient catholiques ou non : un projet qui lui tient à cœur et sur lequel il travaille depuis le début de son pontificat. « Dieu est jeune, il est toujours neuf ». Par ces paroles, le pontife affirme que les jeunes sont faits « de la même étoffe » que Dieu, et qu’ils doivent avoir une place centrale dans notre société. Il est nécessaire, dit aussi le Pape, de trouver la force et la détermination, mais aussi la douceur pour créer un pont entre les générations : leur étreinte permettra à la société de se régénérer, au bénéfice de tous. Dans ces conversations, le Pape François évoque les grands thèmes de notre société contemporaine avec force et passion : le climat, les extrémismes, la mort, la pauvreté, la dignité, l’espoir, l’individualisme, la corruption, l’éducation…

Extrait n°3

« Pour comprendre un jeune aujourd’hui, il faut le comprendre en mouvement. On ne peut pas rester immobile et prétendre être sur la même longueur d’onde que lui. Si nous voulons dialoguer, nous devons être mobiles, et c’est lui alors qui ralentira pour nous écouter, c’est lui qui décidera de le faire. Et quand il ralentira, une autre figure commencera : un mouvement dans lequel le jeune adoptera un pas plus lent pour se faire écouter, et où les anciens accéléreront pour trouver le point de rencontre. Ils se contraignent mutuellement : les jeunes à aller plus lentement, et les vieux plus vite. Voilà comment nous pourrons progresser. Je voudrais citer Aristote qui, dans sa Rhétorique au livre II chapitre 12, nous dit : « Pour les jeunes gens, le passé est encore peu de chose, et l’avenir beaucoup. En effet, au premier jour de l’existence, on trouve que le souvenir n’est rien et que l’espérance est tout. Ils sont faciles à tromper, pour la raison que nous avons donnée ; en effet, ils espèrent volontiers. (…) Et ils sont plus braves, car ils sont prompts à s’emporter et ont bon espoir ; le premier de ces traits de caractère fait que l’on n’a pas peur, et le second donne de l’assurance. En effet, on n’a jamais peur quand on est en colère, et l’espoir d’obtenir un bien rend téméraire. » […] ... Lire la suite 
 

Pour aller plus loin : Qu'est ce qu'un synode ?  et   Jeunes témoins d'aujourd'hui 
 

 

<< Go back to list