Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Décès du père Etienne GRANGE

26 octobre 2018

Diocèse de Maurienne

Monseigneur Philippe BALLOT, évêque de Maurienne, 

les prêtres des diocèses de Savoie,ses anciens paroissiens, ses amis,


vous font part du décès de


M. l’abbé Amédée Étienne GRANGE survenu le 24 octobre 2018 dans sa 91° année et la 67° de son sacerdoce.

Il fut vicaire à Modane, Saint-Michel-de-Maurienne et Valloire, Aumônier de l’Institution Privée Saint-Joseph, Curé de Saint-Avre, La Chambre, Montgellafrey, Saint-Martin-Sur-La-Chambre et Notre-Dame du Cruet.

 

Ses funérailles seront célébrées le samedi 27 octobre 2018 à 10 heures 30 en l’église de Jarrier (73300)

 

« Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra », dit le Seigneur. (Jean, 11,25)

 

Sa biographie 

Fils d’Etienne GRANGE et de Sophie PARAZ, est né à Jarrier, diocèse de Maurienne, le 28 décembre 1927. Baptisé en l’église de Jarrier le 3 janvier 1928. C’est également dans cette église qu’il reçut la Confirmation, le 9 mai 1935, des mains de Mgr Auguste GRUMEL.

Entré au Grand Séminaire de Saint-Jean-de-Maurienne le 1er octobre 1946, il y reçut la soutane le 18 janvier 1947. Tonsuré le 19 mars 1948, il y reçut les ordres mineurs en 1948 et 1949. Sous-diacre le 22 décembre 1951, diacre le 29 juin 1952, il fut ordonné prêtre le 28 juin 1952.

Dès le mois d’octobre, il rejoignit le petit-séminaire de Saint Jean de Maurienne, où le chanoine Jean BELLET, alors supérieur, le reçut comme surveillant. Il y resta deux ans. C’est en 1954 qu’il fut envoyé, en septembre, comme vicaire à la paroisse de Modane, alors la plus importante du diocèse, et une des plus peuplées. Là encore, après deux années, il rejoignit Saint-Michel de Maurienne, le 1er octobre 1956, toujours comme vicaire. Sa santé fragile, qui lui avait déjà causé des difficultés pendant ses études, l’obligea cependant à prendre une année de repos en 1957-58. Cette année de soins fut suivie par sa nomination comme vicaire à la paroisse de Valloire, le 1er novembre 1958.

En octobre 1961, il rejoignit Saint-Jean-de-Maurienne, comme aumônier de l’Institution Privée Saint-Joseph. Il se dépensa beaucoup auprès des jeunes, accompagnant aussi les grands changements de ces années : contrat d’association, développement de l’Institution, etc. Après 10 années dans ce ministère auprès des jeunes, il rejoignit de nouveau en juillet 1971 la paroisse de SaintMichel-de-Maurienne, où une équipe de prêtres expérimentait la vie fraternelle et le partage de la charge pastorale. Enfin, en 1974, il fut envoyé en mission dans l’archiprêtré de La Chambre, qu’il ne devait plus quitter. En résidence à la cure de Saint-Avre, il commença par se rendre à Lyon pendant une année, afin de suivre le parcours de formation à la pastorale en milieu rural.

En 1981, tout en demeurant curé de Saint-Avre, il reçut également la charge de La Chambre et de Montgellafrey. En 1994 virent s’y ajouter Saint-Martin-sur-La-Chambre et Notre-Dame du Cruet. Les années passant, sa santé le contraignit à rejoindre bientôt la communauté de ses confrères retirés à la maison diocésaine de Saint-Jean-de-Maurienne. Cette décision lui coûta, car il avait un attachement très profond à ses paroisses et à ses paroissiens, pour lesquels il se dépensait sans ménager ses forces. Mis ce changement le rapprocha aussi de sa famille, résidant à Jarrier, et dont il était également très proche. Pendant ses quelques années à Saint-Jean, son caractère discret et son sens du service l’amenèrent à rendre des services nombreux. En particulier, pour la chancellerie du diocèse, il rédigea des tables des actes de catholicité sur plusieurs décennies, et permit de mettre à jour nombre de registres diocésains. Fidèle lecteur de la presse catholique, il réalisait chaque jour une revue de presse des articles intéressants de La Croix, qu’il remettait à l’économe diocésain. C’était là encore une manière d’aider à la vie du diocèse, dans une discrétion laborieuse.

Lorsqu’en 2012 fut décidée la fermeture du foyer des prêtres à Saint-Jean, le Père Etienne GRANGE choisit de se retirer dans son ancienne paroisse, où la maison de retraite était déjà habitée par nombre de ses amis et connaissances proches. Tant que sa santé le lui a permis, il vint très régulièrement célébrer la messe auprès des Sœurs de Saint-Joseph à La Chambre, qu’il avait bien connues comme curé. Puis vinrent pour lui les jours plus difficiles, où peu à peu sa santé s’altérait, la dépendance s’installait. Entouré des soins et de l’affection de sa famille, du personnel et des résidents de la maison Belfontaine de La Chambre, c’est de là qu’il nous a quittés pour la maison du Père. 

 

 

<< Go back to list